...sur le loup et la biodiversité.



Vous savez que le loup est un animal qui me tient à cœur , il suffit de voir mon avatar. ... Puisque le groupe d'anti loup (le groupe où on est fier de poster des vidéos de voiture essayant d'écraser un loup dans le var ) bloque les personnes et efface les messages de ceux qui argumentent avec des sources ( forcément ça dérange quand on raconte absolument n'importe quoi ) , je reposte ici mon commentaire et argumentation.

Un argument qui ressort en permanence chez les anti-loup, c'est qu'il n'y a plus de "gibier" ( déjà le terme veut tout dire), que " les ongulés disparaissent depuis le retour du loup" , que "le loup fait disparaitre la biodiversité " ( sous entendu le gibier donc ) . J'ai même lu ce matin que les populations d'ongulés avaient fortement diminuées depuis les années 60 où elles étaient nettement meilleures ! On croit rêver !


Tout ceci est totalement faux bien sûr puisqu'à l'inverse, depuis le milieu du XXème siècle où les populations s'étaient effondrées à cause de la chasse intensive, des mesures de " gestion " ont été mises en place. Et ho surprise, depuis qu'on ne les massacre plus à tout va, les populations remontent, y compris depuis le retour du loup, y compris dans les territoires ou le loup est fortement présent. Voici le tableau de la population des ongulés : http://www.oncfs.gouv.fr/.../FS-320-ENCART... On y voit que depuis les années 70, les populations ont été multipliées par 10 ou plus... Une autre preuve en est qu'on attribue de plus en plus de tirs aux chasseurs chaque année , qui tuent les ongulés ( chamois, chevreuils, cerf etc etc,) par dizaines de milliers tout les ans en France.

Concernant la population de bouquetins qui avait été totalement éradiquée des alpes françaises par la chasse par exemple, elle se porte à nouveau bien dans une des plus grandes zones à loup de France, le Champsaur dans le parc des écrins : https://www.ecrins-parcnational.fr/.../bouquetins...

la seule espèce d'ongulé qui voit sa population stagner dans certains endroits, voir diminuer fortement, c'est le mouflon. Rappelons donc que le mouflon est une espèce non locale, qui a été introduite par les chasseurs pour avoir un nouveau gibier facile : " Les Mouflons introduits en Europe et plus ou moins hybridés avec des moutons domestiques ou d’autres Mouflons sont regroupés et nettement distingués sous l’appellation de "Mouflon méditerranéen" : Source : http://www.oncfs.gouv.fr/.../Le-Mouflon-mediterraneen-ar768

C'est une espèce qui n'est pas du tout adaptée aux Alpes, et en fait donc une proie facile pour le loup , une sorte de mouton sauvage, un casse-croute sur patte on pourrait dire... il risque donc de disparaitre du territoire métropolitain en effet mais ce ne serait qu'un juste retour des choses. C'est triste pour lui mais il n'est en fait qu'une victime de la "politique cynégétique" tout comme le sont les cerfs sika et les daims eux aussi introduits en France comme amusement pour chasseurs...

Non le loup ne fait pas disparaitre la biodiversité, comme le lion n'a jamais fait disparaitre les gazelles, ou les requins n'ont jamais fait disparaitre les poissons. Un prédateur ne vit que de ce qu'il mange, s'il n'y a plus à manger il n'a que trois solutions, il se déplace, il se reproduit moins ( on peut le voir sur les chiffres des portées ) ou ...il meurt. C'est pour ça qu'il n'y a jamais une "prolifération " de grands prédateurs, c'est tout simplement impossible .

Dans tout milieu équilibré le prédateur ( les prédateurs devrait on dire) doivent être présent, pour justement trouver un équilibre des populations. Le loup par exemple , va obliger les ongulés à se déplacer , à changer d'endroit, à se cacher plus, à être plus méfiants, et évitera aux troupeaux d'ongulés de stagner, ils vont donc moins "abimer" la végétation environnante. Le grand prédateur a un autre rôle très important : il assainit les populations de ses proies : contrairement au chasseur qui va chercher le trophée et choisir le plus grand individu, le plus fort, celui qui a les plus beaux bois ou les plus belles cornes, et va donc affaiblir les populations en tirant les individus au meilleur patrimoine génétique, le loup ( ou autre prédateur ) qui se nourrit pour survivre, va économiser son énergie en s'attaquant aux proies les plus faibles, ou malades, ou blessées, éliminant donc les individus les plus faibles, améliorant par la force des choses le patrimoine génétique de ses proies, et aussi débarrasser le milieu des individus malades, évitant la propagation des maladies.

En somme pour résumer, si le problème des éleveurs reste un vrai problème ( auquel les gouvernements refusent de trouver de vraies solutions : une balle coûte beaucoup moins cher qu'une politique économique mais c'est une autre histoire) , la majorité des anti-loups sont surtout des chasseurs ( comme la majorité des anti lynx qui lui ne s'attaque pas aux troupeaux ) , parce que les grands prédateurs font naturellement pour leur survie ce que eux font pour le plaisir. Si le grand prédateur régule naturellement, la grande excuse de la régulation par la chasse n'a plus lieu d'être...et c'est surtout ça qui les dérange...

5 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Bubo

© Delaunay Grégory